• 07 / Dec / 2022
Fermer

Le peuple Baoulé: De ceux qui conservent encore leur héritage en Afrique

La diversité  culturelle constitue l’un des atouts majeurs du continent africain. En son sein les cultures, les mœurs, les us ainsi que ses peuples font que le vieux continent se démarque des autres points du globe. Pour mettre en valeur cette diversité nous faisons  un saut chez le peuple baoulé.  

On retrouve essentiellement  les baoulé au niveau de la cote d’ivoire précisément dans le centre du pays près des villes comme Bouaké et Yamoussoukro. Ce peuple représente environ 23 pour cent de la population du pays soit près de 3 943 667 individus, ce qui fait des baoulés la première ethnie du pays devant les bétés et les senoufos qui constituent respectivement la deuxième et les troisièmes ethnies du pays. Les baoulés font partie du groupe AKAN et sont originaire du Ghana voisin. Nos condisciples baoulés se sont installés en côte d’ivoire  au XVIII siècle sous les directives de la reine Abla Pokou.
 L’appellation Baoulé renvoi au sacrifice fait par la reine Pokou de l’un de ses fils pour traverser le fleuve alors qu’elle menait la fuite de son peuple du Ghana d’où le nom Baoulé (ba_ou_li :l’enfant est mort).
Les baoulés sont fortement décentralisé et composé d’une confédération de tribus. Les membres du clan royal walébo exercent les pouvoirs régionaux les plus importants en mémoire  du rôle prépondérant joué  par la reine Abla Pokou lors de l’exode. Celle-ci avait instauré dans le cadre de la royauté une organisation en lignage matrilinéaire.
La culture baoulé est non seulement l’une des plus ancienne mais aussi l’une des plus admirée en Afrique et dans le monde.la dite culture représente un ensemble d’appartenance a des rituels, coutumes et pratiques ancestrales. L’univers baoulé est composé de trois réalités : d’abord le firmament qui est du domaine de dieu, puis le monde terrestre, domaine des êtres vivants humains, animaux et végétaux et des génies. Et enfin, l’au-delà domaine des êtres supranaturels là où réside l’âme des ancêtres.

En fait les baoulés croient en un dieu créateur(Nyamien) intangible et inaccesible.la religion est basée sur l’idée de la mort du corps et de l’immortalité de l’âme. Les baoulés sont traditionnellement animistes et malgré l’introduction de  nouveaux cultes, la grande majorité le demeure. Les ancêtres font objet de culte mais ne sont pas représentés. Généralement pour ce peuple les génies de la terre peuvent manifester le désir de vivre avec les humains et même de se marier. Les dites créatures sont représenter sous formes de statuettes pouvant faire même des crises de jalousie lorsque leurs conjointes les délaissent. En contrepartie de ses mariages entre génies et humains, les génies protègent le village des menaces extérieures, ils imposent à la femme la discipline et apparaissent selon la croyance du peuple baoulé aux cérémonies de commémoration des morts ou en cas de décès d’un notable. Chez ce peuple africain les esprits de la brousse ont leurs propres sanctuaires ou ils reçoivent des sacrifices. Lors que les esprits interviennent dans la vie communautaire, ils prennent la forme d’un heaume en bois représentant un  buffle ou une antilope et sont portés avec des costumes en raphia, des bracelets de cheville en métal ; le museau comportent des dents qui incarnent la force de l’animal féroce qui doit les défendre .les danses djé et do sont dit puissant chez les baoulés car ils protègent contre les envieux et les malfaiteurs.
L’artisanat occupe une place primordiale dans la vie sociale ; par la variété de la production et la destination de celle-ci. Ainsi peut-on parler des objets usuels de ménage comme la vannerie, la poterie, le tissage des filets, la fabrication de pagaies et manches de houe font aussi partie de l’art baoulé, avec les objets sacrés comme les masques et les statuettes. Les masques et les statuettes baoulés ont suscité l’engouement des occidentaux dans leurs expositions. Ils sont considérés comme l’une des réussites les plus achevés de l’art africain.d’ailleurs c’est la raison pour laquelle ces sculptures occupent une place prépondérante dans toutes études consacrées à l’Afrique. A cela s’ajoute les parures orfèvreries (bijoux et ornements) à savoir le tissage des pagnes dit baoulé tanni. Ce peuple d’Afrique a une admiration particulière pour l’or qui est symbole d’héritage, d’opulence, et de pouvoir qu’il faut éviter de voler mais de mériter.

Aujourd’hui encore, l’organisation de la société chez les baoulés est toujours fondée sur la famille formant ainsi une parenté familiale.s’il y’a plusieurs familles dans le même village, on choisit l’homme le plus riche, le plus éloquent ou le plus rusé pour régler les affaires d’intérêts communs avec le conseil des notables.il n’y a pas de distinction entre la parenté paternelle ou maternelle, ni de mariage préférentiel. L’unité politique est le village cependant le chef n’a pas le droit d’imposer une décision impopulaire, ni de moyen de correction.la structure de la société baoulé est celle d’une société de classe d’âge ou prédominent les chefs de lignage ,dont le plus riche s’impose spontanément comme chef de village.il s’agit en réalité, d’un homme fort dont la richesse  et le prestige maintiennent la cohésion des groupes familiaux.

La richesse de l’Afrique repose essentiellement sur les différentes composantes  ethniques. Leurs traditions, leurs cultures, leurs organisations sociales font du vieux continent une référence en matière de valeurs familiales et culturelles qui mériterait une étude des plus approfondis
 

 STG : AISSATA NDIAYE