• 12 / Apr / 2021
Fermer

L'empire du mensonge:Le livre qui se vaut être une introspection de la société.

La littérature est apparue aux femmes comme Aminata Sow Fall comme étant le moyen de combattre et de peindre une société hypocrite. D’où la naissance de son livre intitulé l’empire du mensonge .Mais avant d’en venir aux différentes thématique abordées dans ce chef d’œuvre, découvrons qui est d’abord Aminata Sow Fall

Elle est née le 27 avril 1941 à saint louis du Sénégal. Elle est une femme de lettres de la république sénégalaise mais surtout l’une des pionnières de la littérature africaine francophone. Quelques années de scolarité au lycée Faidherbe de saint louis, Aminata Sow Fall accompagne sa sœur mariée à Dakar et poursuit ses études secondaires au lycée van vollenhoven aujourd’hui connue sous le nom de Lamine Gueye ou elle obtient son baccalauréat. Elle part ensuite en France pour entreprendre des études d’interprétariat ainsi qu’une licence de lettres modernes et fait connaissance en terre étrangère de l’homme qui deviendra son époux Samba Sow. Absorbée par la littérature, la romancière partage désormais son temps entre Dakar -Saint louis et d’autres territoires étrangers ou elle est beaucoup sollicitée pour des conférences en relation avec son œuvre ou encore des thèmes plus larges telles que l’éducation, la culture, ou la paix. Dans cette immense bibliographie qu’elle a eu à rédiger, un roman attire particulièrement l’attention de la rédaction : l’empire du mensonge.

Le tout nouveau roman d’Aminata Sow Fall, intitulé l’empire du mensonge, se veut une introspection sociale qui met au centre l’humain. Ce livre de 133 pages mis tout récemment en librairie, dépeint la vie de Sada, un enfant issu de parents villageois installés en ville pour fuir la sècheresse et qui vivaient dans un quartier populeux en ville dépourvue d’eau et d’électricité. Les inondations poussèrent le père de Sada « fouilleur d’ordure  »à se déplacer vers une décharge ou il implanta sa cabane. Un moment durant lequel, ces voisins de quartiers ont préféré retourner au village pour inscrire leurs progénitures à l’école française.

Des années plus tard les amis d’enfance Sada Waar, Mignane Sonko, et Boly se retrouvent avec chacun un parcours glorieux en poche malgré la vie de misère de leurs parents respectifs. En décrivant avec un réalisme remarquable le destin de ces gens issus du petit peuple, l’auteure Aminata Sow Fall grand prix de l’académie française en 2016, élevait leur histoire de vie faite d’abnégation, de courage, de détermination et de réussite.

Pour Sabou, épouse de mapaté et mère de Sada, les valeurs humaines sont fondamentales. Elle ne cessait de rappelait à son fils de ne jamais oublier d’où il vient, ses origines, ses racines et les valeurs qui lui ont été transmises avant le périple de ce dernier vers de nouvelles horizons. Elle rappelle également les principes fondamentaux méthodiquement éprouvés, forgés et transmis pour façonner l’être humain dans le respect des valeurs cardinales qui garantissent la dignité, l’honneur et la vergogne. Tout ceci ajoute-t-elle «  sous le socle immuable de l’amour, de la tolérance, de la générosité et de la justice mais surtout de l’humilité ». L’empire du mensonge permet à la romancière de relever les tares de la société sénégalaise, voire du monde ou l’argent est considéré comme le maitre absolu aujourd’hui, la paresse une tendance, le manque d’estime de soi, le malheur suprême, le mensonge politique, le mensonge industriel tant de facteurs qui ne cessent de conduire notre société vers sa fin, son déclin. Le monde est selon elle, est  constitué de personnes pour la plupart d’individus dépourvus de valeurs, un degré faible de l’amour considéré comme étant le ciment de la fraternité et de la paix. L’humilité dépouillée de sa noblesse, tous les moyens sont bons pour assouvir de bas instincts. A qui la faute ? Où va le monde ? s’interroge-t-elle dans l’empire du mensonge.



Par ailleurs la romancière pointe du doigt le manque d’éducation, la corruption etc… «  La faute revient à nous tous qui n’éduquons plus nos enfants, occupés que nous sommes à courir derrière les honneurs a tout prix » indique-t-elle dans son livre. Avant d’ajouter «  l’éducation n’est pas seulement le fait d’aller à  l’école, elle est surtout façonnée à partir de la maison ».

Aminata Sow Fall invite à se ressaisir  et à bannir la haine, le mépris, l’injustice ainsi que les différentes formes de cruautés. Son livre l’empire du mensonge est édité par le centre africain d’animation et d’échanges culturels et les éditions Khoudia. Ce roman est le neuvième des douze ouvrages d’Aminata Sow Fall qui a été honoré du prix grand-croix de l’ordre national du lion et docteur honoris causa de plusieurs universités américaines.


Aissata Ndiaye