• 12 / Apr / 2021
Fermer

LES DIVAS DE LA CHANSON AFRICAINE: CESARIA EVORA

CESARIA EVORA, L’ETERNELLE « DIVA AUX PIEDS NUS »

 

Césaria est née le 27 août 1941 à Mindelo, petite ville commerçante de Sao Vicente, une des villes du Cap-Vert.

Une vie très mouvementée mais une carrière si riche
La chanteuse a très tôt connu la misère c’est sans doute ce qui l’a forgée. Sa mère était cuisinière dans une "misère digne" et son père musicien violoniste disparaît prématurément, terrassé par l'alcool. Sa mère la confie alors aux bons soins d'un orphelinat, alors qu’elle n’avait que 7 ans. Là-bas, elle intègre la chorale où elle apprend à chanter et a quitté à l’âge de 13 ans. Trois ans plus tard, elle fait la rencontre d'Eduardo son premier grand amour, un marin qui après Gregorio Gonsalves, lui apprend l'art précieux de l'interprétation des coladeras et des mornas anciennes. C'est à cette époque qu'elle entreprend la "tournée" des bars de la ville, au fameux Calypso, et café royal de l'avenue de Lisbonne.

Dans la rue, elle côtoie les musiciens de son quartier, elle prend goût à la vie d'artiste. Signe du destin, Césaria a de qui s’accrocher, un immense poète, le plus grand compositeur de mornas et le cousin direct de son père, Francisco Da Cruz (1905-1958). Il confère ses lettres de noblesses à ce genre dont le nom proviendrait du verbe anglais « to mourn » signifiant pleurer.

Malgré le décès d’Amilcar Cabral, révolutionnaire assassiné et auteur de mornas lui aussi, elle poursuit la tournée des pianos-bars et grâce à la radio, quelques 45 tours enregistrés, son charisme rayonne dans tout le pays. Elle chantait beaucoup la souffrance, la pauvreté et l’alcool.
Surement, ces derniers l’ont poussé à se décourager de la vie dure d’artiste. Elle décide alors de mettre fin à sa carrière de musicienne.

Après dix ans sombres, Césaria tombe sur le soutien de Bana, parrain des musiques capverdiennes exilé au Portugal, une association de femmes invite Césaria à Lisbonne pour une série de concerts, et pour l'enregistrement d'un premier album qui restera confidentiel. C'est là-bas qu'elle rencontre José Da Silva, celui qui deviendra bientôt son mentor et producteur attitré. C’était en 1985.

 Ses plus célèbres albums sont CAFE ATLANTICO en 1999, MISS PERFUMADO en 1992, ROGAMAR en 2006, NHA SENTIMENTO en 2009, CAP VERDE en 1997…
Parmi ses meilleurs duos YAMORE, une chanson de Salif Keita en 2006 qui fut un succés.


En 2003, elle remporte le Grammy Award du Meilleur album world music contemporain pour l'album Voz d'amor. Elle participe cette même année à l'album Gaia pour la préservation de l'environnement où elle interprète Jangadéro composé par Alan Simon.
Le président de la république française, Nicolas Sarkozy, l'a distinguée, en 2009, avec la médaille de la Légion d'honneur remise par Christine Albanel.

En septembre 2011, suite à des problèmes de santé, elle décide de mettre fin à sa carrière et d'annuler les concerts à venir.

Dans une interview accordée à le Monde, en septembre dernier, elle avait alors expliqué: «Je n'ai pas de force, pas d'énergie. Je veux que vous disiez à mes fans: excusez-moi, mais maintenant, je dois me reposer.» Et elle était repartie au Cap-Vert : «Où voudriez-vous que j'aille? Je dois maintenant réunir la famille.»

La « DIVA AUX NUS » rend l’âme le 17 septembre 2011 et laisse ainsi un grand héritage au Cap-Vert.

 

PENDA DIALLO