• 29 / Oct / 2020
Fermer

L’UE soutient l’entrepreneuriat féminin à travers les énergies renouvelables au Sénégal

Bonne nouvelle les promoteurs de l’entrepreneuriat féminin au Sénégal. En effet, un total de 21 000 femmes rurales vivant en Casamance au sud du Sénégal vont être formées aux Activités génératrices de revenus (AGR) à partir des énergies renouvelables. Alléger la souffrance des femmes en rehaussant leur cadre de vie à travers les énergies renouvelables est le but de cette opération menée par les ONG Plan International et Acra. Elle s’inscrit dans le cadre du projet de Développement économique et social des femmes à travers les énergies renouvelables au Sahel (DESFERS).

A cet effet, une session de formation s’est ouverte le 21 septembre 2020 au Centre régional de formation professionnelle (CRFP) de Ziguinchor, chef-lieu de la région historique de la Casamance au sud du Sénégal. Elle consiste à outiller 16 formateurs sur les techniques d’utilisation de l’énergie solaire et la gestion de projet. Après dix jours de formation, ces derniers iront à leur tour former 21 000 femmes issues de 71 villages de la Casamance. Cette formation à l’entrepreneuriat féminin dans les énergies renouvelables entre dans le cadre de la composante sénégalaise du projet de Développement économique et social des femmes à travers les énergies renouvelables au sahel (DESFERS) lancé le 15 octobre 2018 à Dakar.

Le DESFERS est mis en œuvre par l’ONG Plan International en partenariat avec l’ONG italienne Acra (Association de coopération rurale en Afrique et en Amérique latine). « Les formateurs seront outillés dans des modules techniques dans le domaine des énergies renouvelables et en gestion administrative et financière, afin d’être en mesure de démultiplier la formation aux femmes cibles du projet », indique Émilia Vavassori, la représentante de l’ONG Acra au Sénégal.

Un projet financé à 80 % par l’Union européenne

Le projet Développement économique et social des femmes à travers les énergies renouvelables au Sahel est également en cours d’implémentation au Niger et au Mali. Il s’étend jusqu’en 2023, pour un coût total de 9,5 millions d’euros. Et 80 % de ce financement accordé sous forme de don (7,6 millions d’euros), est alloué par la commission de l’Union européenne, à travers le Fonds femmes et énergies renouvelables, a précisé Boris Ngounou dans les colonnes de afrik21.africa.

Le DESFERS a plusieurs avantages pour le Sénégal. Outre l’autonomisation des femmes rurales de la Casamance, le projet contribuera également aux efforts d’électrification rurale dans un pays d’Afrique de l’Ouest où la moitié de la population n’a pas accès à l’électricité. Pour pallier le problème, le Sénégal s’est lancé le défi d’offrir un accès universel à l’électricité dans tous ses villages d’ici à 2025.


Source:Vivafrik