• 10 / Aug / 2020
Fermer

Lauriane Pernock, la Nature sur un fil


Impossible de cloisonner cette créatrice dans un genre, elle ne s’inscrit dans aucune tendance si ce n’est celle de l’éco-conception. En étendant sa culture de vie à son art (isanat), Lauriane, exhibe le meilleur de notre patrimoine et de sa biodiversité.

Ainsi, pour leur offrir une seconde vie spectaculaire, Lauriane récupère des bouts de nature et des chutes de matières qu’elle taille, tord, colle, perce, tresse, gratte, polit, peint, assemble, lie, relie pour aboutir à une parure unique aux valeurs symboliques fortes.


Fabriquer de tels bijoux démesurés, extravagants, inouïs ponctue sa vie depuis 2008. Une formation en développement culturel lui insuffle alors de s’affirmer par son art : créer des bijoux en cohérence avec ses valeurs. Un an plus tard, elle présente son premier show en Martinique. Viennent ensuite les “Fashion Weeks” de Guadeloupe, Guyane, Haïti, Paris, Bruxelles… De salons en expo, de défilés en photos, Lauriane, fulgurante, avance sur les catwalks du monde avec des modèles affolants. Et non contente de créer des collections d’accessoires, elle conçoit aussi les “vêtements supports” qui mettront en avant ses créations. Ses modèles défilent, habillés de journaux, de plastique, de matériaux insolites démontrant que toute matière peut être revalorisée. Elle glorifie l’Ethnic Vrai !


Son inspiration étant dictée par l’instinct et la matière, l’artiste casse les codes et brise les conventions. Elle récupère, transforme et sublime coques de calebasses, écorces de mahogany, bois flotté, graines, chambres à air, cannelle, coton, coquilles, raphia, ficelle, caoutchouc, tissus… Tout ce qu’elle trouve parfois sans chercher mérite d’être enfilé sur des bijoux qui entoureront des cous, ficèleront des bras, cercleront des lobes dans une théâtralisation maîtrisée qui porte sa signature.

Lauriane confie que la matière donne le sens et la vie à chacune de ses pièces. Ainsi, aucun modèle n’est dessiné, son talent lui permet de créer en improvisé, sensible au vagabondage de son esprit et au respect de notre planète.



Sa prouesse : quatre collections par an

Sa matière de prédilection : le cuir

Ses origines : le Lorrain

Sa dernière trouvaille : la corne

Ses dernières pièces : des pochettes et des ceintures




Source: ewag