L'univers de Francine:le succès du tricot

L'univers de Francine:le succès du tricot


L'univers de Francine, une marque qu'Ogounchi Adebola dédie à sa tante Francine, qui l'a initié au tricotage et qui connait de nos jours un succès dont elle n'aurait pas parié. La rédaction de Ma Féminité est allée à la rencontre de cette Osée qui nous partage son expérience.

Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs et nous dire quel est votre parcours académique et professionnel ?

Je suis Ogounchi Adebola. J’ai 23ans. Je suis titulaire d’un Bachelor in Business administration (BBA option gestion des entreprises).Actuellement je suis styliste et la créatrice de la marque L’uf (l’Univers de Francine), une marque spécialisée dans le tricotage et la confection de tenues tricotées associées à des tissus comme la soie ou le pagne tissé.

Pourquoi avoir choisi de créer L’univers De Francine?


Je n’ai pas choisi de créer L’univers de Francine; je dirai plutôt que c’est L’univers de Francine qui m’a choisi (Rires).Je n’ai jamais appris à tricoter. Je regardais juste ma tante Francine le faire. Elle a toujours insisté pour m’apprendre mais j’étais toujours occupée à sortir avec mes camarades. Avant de nous quitter elle a acheté des livres et des fils en grande quantité et n’a pas pu malheureusement les utiliser. C’est un an après son décès que j’ai retrouvé les fils et c’est de là que tout est parti. J’ai pris le temps pour apprendre de ses livres et j’ai rajouté un peu de mon imagination.

Quel a été votre budget pour démarrer ?
Je ne saurais évaluer car au départ, je confectionnais en guise d’apprentissage des petits accessoires pour mes  proches avec les fils que ma tante avait laissé et je les leur donnais gratuitement. Après j’avais des retours énormes et les gens m’appelaient pour commander soit des bandeaux ou soit des tapettes. Je ne pouvais pas fixer un prix car je ne savais pas à combien elle achetait ses fils. Je facturais donc selon la durée de la confection de l’article. Après quand les fils étaient épuisés, pour m’équiper convenablement, j’ai investi 100.000 F CFA (mon premier bénéfice)
Qu’est-ce qui vous a poussé à entrer et à vous engager dans le monde de la mode ? Pourquoi le choix de la laine ?



À la base, je suis quelqu’un d’extraverti quand je suis dans mon milieu habituel mais en même temps très timide dès que je quitte ma zone de confort. Si ça ne tenait qu’à moi, je ne pense pas que j’aurais eu le courage (rires).C’est un ami à moi qui m’a fortement boosté. Je n’ai jamais su que j’en ferai une carrière et que j’aurai autant de retombées.
La laine c'est en honneur à ma tante mais aussi parce que  c’est un art que j’ai aimé. J’aime l’exclusivité du tricotage car quand on n’est pas passionné c’est très difficile, n’est pas tricoteur qui veut mais qui peut...

Parlez-nous un peu plus des produits que vous commercialisez au sein de L’univers De Francine.

A l’univers de Francine nous fonctionnons selon deux volets: prestation et prêt à porter
-Prestations pour les stylistes qui souhaitent travailler avec nous ; les clients qui ont des commandes spécifiques mais aussi les grossistes qui souhaiteraient revendre des tenues pour enfants,maillots,crop tops etc.
-Prêt-à- porter pour nos tenues prêt à porter qui sont déjà disponibles sur certains sites comme Afrikrea ou Orhue.
Nous faisons des coffrets pour bébés,des tenues de déguisement pour les photos shoot bébé, enfants,des tenues de personnages de dessins animés populaires surtout pour les fêtes à thème,des maillots de bain en fils contenant du coton et de l’élasthanne résistants à l’eau,des robes, boubous associés à la soie.


Avez-vous senti qu'il était plus difficile de créer une société en étant une femme ?

Oui je l’ai fortement ressenti. Si les femmes s’entraidaient, elles déplaceraient des montagnes. Le problème ce n’est pas une affaire de différence de sexe,c’est une affaire de mentalité. Les plus grosses difficultés ou déceptions que j’ai eues jusqu'ici ont été causées par des femmes comme moi car nous voyons la concurrence partout.

Est-ce que votre vie personnelle a influencé votre vie professionnelle ?
Je dirai que c’est l’inverse. Et c’est surtout positif, car ma vie professionnelle m’a apporté le sens des responsabilités, l’estime de moi-même et beaucoup d’autres choses, à mon développement personnel.



Quels conseils donneriez-vous aux OSEES qui souhaiteraient se lancer dans un projet entrepreneurial ou avoir un parcours comme le vôtre ?
Je n’ai pas encore atteint tous mes  objectifs, donc humblement je vous dirai mes belles, dès que vous avez l’idée, n’hésitez pas, jetez-vous à l’eau car je le dis toujours à qui peut l’entendre: un projet c’est un trésor, il faut le garder jalousement et le mûrir. Il ne faut jamais envier le parcours de qui que ce soit. L'entrepreneuriat c’est une école, on échoue, on réussit, on apprend de nos expériences. Je vous préviens ce n’est pas du tout facile, mais la satisfaction vient au bout de l’effort.

Un mot pour ma féminité?

Merci pour ce que vous faites pour l’autonomisation des femmes. Merci de pour l’opportunité que vous m’offrez à travers cette interview et je vous souhaite beaucoup de succès.


Fatoumata Hanne Dia