• 21 / Sep / 2020
Fermer

Fatou Sarr: Fondatrice de Takhar Aloé,des produits de beauté à base d'aloé vera

Nous avons eu l’honneur de faire la rencontre de Fatou Sarr, une jeune Osé  qui a cofondé l’une des premières entreprises de transformation de l’aloé-vera au Sénégal. Son parcours est un exemple d’ingéniosité, de persévérance et d’accomplissement. A 27 ans, la directrice de Takhar-Aloé est en train de s’ériger en une figure majeure du retour au naturel pour les femmes africaines.

Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs et nous dire quel est votre parcours académique et professionnel ?

Je m’appelle Fatou Sarr. Je suis sénégalaise et j’ai 27 ans. J’ai fait des études scientifiques au lycée avant de suivre une formation professionnelle en réseaux et informatique. Aujourd’hui je suis productrice agricole, directrice générale et cofondatrice de la société Takhar-Aloé.

Pourquoi avez-vous créé Takhar-Aloé ?

J’ai remarqué qu’en Afrique et surtout au Sénégal, que bon nombre de problèmes de santé pourrait être soigné par des produits à base d’aloé vera. Ainsi, je me suis dit que cela serait bien de mettre en place une structure de production et de transformation d’aloé vera au Sénégal. Cela pourrait être une solution à certains maux sans avoir à dépenser beaucoup d’argent. Ce serait également une occasion pour eux de découvrir les bienfaits de cette plante. Grâce à mes connaissances et à l’aide de grands connaisseurs et passionnés de l’aloé vera, nous avons réussi à créer Takhar-Aloé.

Quel a été votre budget pour démarrer ?

J’ai démarré avec mes modestes fonds propres. Par la suite, j’ai très vite senti le besoin d’avoir un budget plus large car il fallait des terres pour cultiver et également construire un petit laboratoire de transformation de la plante pour en faire des produits finis. Il fallait donc acheter beaucoup de matériels pour la culture et la transformation. A l’issu de ce dernier, il a fallu travailler en partenariat pour la commercialisation.

Qu’est-ce qui vous a poussé à entrer et à vous engager dans le monde de la beauté ? 

Nous sommes centrés sur la beauté car nous avons pour ambition d’apprendre à la femme noire à mieux connaitre sa peau et à mieux s’en occuper tout en restant naturelle, au lieu d’avoir recours à la dépigmentation ou d’utiliser des produits chimiques qui pourrait nuire à sa santé. Certains produits utilisés par les femmes africaines sont toxiques et peuvent causer des maladies comme le cancer. Malheureusement, c’est un sujet encore tabou. 

Parlez-nous un peu plus des produits que vous commercialisez au sein de Takhar-Aloé ?

Takhar-Aloé est une société de production et de transformation d’aloé vera en produits cosmétiques naturels et en compléments alimentaires naturels. Nous avons choisi l’aloé vera car c’est un trésor qui a des effets curatifs incalculables et qui regorge de pas mal de vitamines, minéraux, enzymes et acides aminés dont le corps humain a besoin pour la bonne santé de la peau, des cheveux, des dents, mais aussi pour éviter les problèmes cardiaques, gastriques, diabétiques etc. Vu qu’une partie de la population est confrontée à ces problèmes cités, nous présentons l’aloé vera comme une solution à cela.

Au sein de notre structure, nous avons des gels d’aloé vera (gel brut, gel facial, gel capillaire, gel anti-moustique, gel après rasage), des produits anti-inflammatoires, cicatrisants, antimicrobiens, hydratants, qui contribuent à la régénération naturelle des cellules et de la peau. Les produits ont des effets bénéfiques sur les taches, les rides, les vergetures, les brulures, les cheveux, les blessures, les irritations, et soulage les maux musculaires, articulaires.

Nous avons 8 savons (savon aloé argile rouge, savon aloé argile verte, savon aloé argile blanche, savon aloé moringa, savon aloé baobab, savon aloé coco, savon aloé olive, savon aloé romarin..) qui hydratent la peau en profondeur. Ce sont des antibactériens qui nourrissent, régénèrent et restaurent les cellules de la peau. Ils luttent contre les boutons, taches, points noirs et l’excès de sébum.

 

Avez-vous senti qu’il était plus difficile de créer une société en en tant que femme ?

Je peux dire que c’est un peu plus compliqué. Le secteur agricole est encore un tabou pour les femmes. La plupart des gens ne comprennent pas et essayent de t’en dissuader ou de te décourager. Cependant, il faut toujours savoir que la passion domine. Il faut toujours savoir ce que l’on veut faire, se lancer et foncer sans faire attention aux ondes négatives. C’est difficile mais on y arrive toujours si on y croit fort.

Est-ce que votre vie personnelle a influencé votre vie professionnelle ?

Pour moi, les deux vont ensemble. Après tout, la vie professionnelle naît toujours de la vie personnelle car c’est cette passion que l’on nourrit au quotidien qui devient réelle pour être la vie professionnelle. Les deux sont faciles à gérer, surtout quand on a du soutien.

Quel conseil donneriez-vous aux femmes qui souhaiteraient se lancer dans un projet entrepreneurial ou avoir un parcours comme le vôtre ?

Je leurs dirais de vivre leurs rêves et leurs passions profondément car après tout, pour que cela marche, il faut que la passion soit la base. Cela va solidifier ce que vous souhaitez faire. Donc si vous avez l’opportunité et la passion, lancez-vous ! Cependant, prenez d’abord le temps de bien étudier votre projet, de se renseigner, de faire des recherches et d’échanger avec des personnes expérimentées. En vous lançant dans l'entrepreneuriat, vous rendrez service à la population en offrant des emplois qui aideront la société etc. Quel que soit le domaine dans lequel vous souhaitez évoluer, croyez en vous et foncez. C’est fini le temps ou la femme restait derrière, donc les filles lancez-vous dans l’entrepreneuriat sans peur. 

Un mot pour Ma Féminité ?

Tout d’abord, je tiens à vous remercier d’avoir pensé à moi car c’est une opportunité pour moi de me faire connaitre. Je salue également l’initiative de Ma Féminité parce que c’est une plateforme qui sert de contact, de partage, d’échange entre femmes et c’est quelque chose qui est très important pour nous en tant qu’entrepreneur. Je vous encourage sincèrement. Vous nous rendez un grand service.


Fatoumata Hanne Dia