• 05 / Aug / 2020
Fermer

Elles ont osé: Tabara Gakou Diallo: Une business woman

Qui est tabara ?

 Je m’appelle Tabara Gakou Diallo Propriétaire de la boutique Triangle de la beauté (Dakar –Sénégal) Je suis financière de formation avec un master en banque finance et une licence en commerce international, j’ai fait mon parcours universitaire à l’Université Cheikh Anta Diop. J’ai eu à pratiquer dans mon domaine depuis ma première année ou j’ai débuté les stages dans des cabinets de gestion et conseil et des entreprises de commerces.

 Pourquoi vous avez opté pour l’entrepreneuriat ?

 Animée par une envie de faire mes propres affaires, j’ai toujours développé de petits business allant de la couture à la vente de produits et accessoires de beauté, maquillage, foulard, crème pour cheveux et corps, bijoux etc ...

C’est en 2017 que j’ai repris une boutique déjà existante depuis 2012 mais qui a les mêmes activités que je faisais en ligne et informellement. Cela fut une consécration pour moi car je pouvais enfin allier toutes mes activités dans un seul endroit. Voilà comment je me retrouve aujourd'hui en plein dans le milieu du business et de la beauté !


 Quels sont les obstacles que vous rencontrez ?

Comme toutes petites et moyennes entreprises nous rencontrons souvent un manque de financement pour combler l’achat de tous nos produits nécessaires. En réalité malgré la diversité de mes produits, je ne vends pas tout ce dont j’ai envie de vendre, les besoins des femmes sont multiples en matière de beauté et j’aurais aimé qu’elles retrouvent tout ce dont elles ont besoin dans ma boutique.

Quels sont vos besoins en tant qu’entrepreneuse ?

 En tant qu’entrepreneuse j’ai besoin de visibilité mais surtout d’accompagnement par des partenaires qui croient à entrepreneuriat féminin. Aujourd’hui le monde de l’emploi est saturé. Et je crois que les personnes qui essaient de créer leur propre business doivent être encouragées car elles créent aussi de l’emploi.

Êtes-vous en collaboration avec d’autres femmes ?

Oui bien sûr je travaille beaucoup avec des passionnées comme moi par exemple Aminaty Mbaye Fall avec sa marque ytanyma dans le domaine de l’habillement et des accessoires. Je travaille beaucoup avec les produits locaux créés par des jeunes femmes et au-delà du fait que leurs produits soient de très bonne qualité c’est surtout pour les encourager à mener leurs activités et privilégier la production locale par exemple. Je préfère acheter des bijoux fait main par une femme battante sénégalaise que de les importer de l’étranger. Je développe donc une sorte de solidarité féminine dans tout ce que je fais


 

Quel a été votre budget pour démarrer ?

 Pour la boutique Triangle de la beauté j’ai dû réunir toutes mes économies pour l’acquérir mais tout au début lorsque j’ai commencé l’entreprenariat, je l’ai fait avec le premier paiement de ma bourse je n’oublierai jamais la somme c’était 171000 FCFA. Pour quelqu’un qui n’avait pas l’habitude de manipuler de l’argent cela représentait beaucoup donc j’ai tout de suite réfléchi à ce que je pourrais en faire j’ai donc commencé à vendre du savon, des céréales, des maquillages par-ci par-là. Et depuis je n’ai jamais arrêté d’acheter encore plus de produits pour pouvoir vendre encore plus. 

L’autonomie financière des femmes, qu’en pensez-vous ?

 C’est devenu une nécessité. Je pense que les femmes d’aujourd’hui doivent être de moins en moins dépendantes, cela pourrait éviter beaucoup de problèmes sociaux et surtout dans le ménage car les temps sont devenus durs pour tout le monde. Beaucoup de femmes souffrent dans leur ménage et sont maltraités, et ce sont leur propre famille qui leur disent de rester dans ce calvaire car elles pensent que si la femme n’est plus sous l’aile de quelqu’un financièrement elle sera perdue.

 Même dans un ménage heureux, mieux vaut ne pas être entièrement sous couvert. La femme elle-même peut être soutien de sa propre famille. 

Entrepreneuriat et vie privée.

J’ai eu la chance d’avoir un mari qui m’aide et m’encourage beaucoup. Et l’entrepreneuriat a ces avantages aussi. Je peux aménager mon temps pour mes obligations familiales, ce qui n’est pas évident lorsqu’on est employé dans une entreprise.

Quels conseils donnerez-vous aux femmes voulant se lancer dans l’entrepreneuriat
Faites-le, n’hésitez surtout pas ! Chaque personne sur terre est unique et peut faire quelque chose d’unique. Soyons créatives et sortons le potentiel caché qui est forcément en chacun de nous. Pas besoin de se dire qu’il faut démarrer grand démarrons juste avec une énorme bonne intention et la grandeur nous rejoindra.

N’ayons pas peur de tomber et d’échouer, et de recommencer pour mieux faire c’est important.

Un mot pour ma féminité

Merci de vous être intéressés à ma si petite personne. Des femmes se battent au quotidien pour joindre les deux bouts. Et vous tendez le micro à quelques-unes pour inspirer les autres, les encourager. Tenez bon ! L’effort est toujours récompensé.)