• 21 / Sep / 2020
Fermer

Adam Soreya Sylla, Une osé qui a démarré avec 15000 F CFA

Toujours dans le cadre de notre quête de femmes entrepreneures aux parcours inspirants, nous avons rencontré une jeune femme ambitieuse et qui a tout simplement osé.Adam Soreya Sylla ,32 ans de nationalité Malienne a déjà fait un beau bout de chemin. Entrepreneure, mère de famille, décoratrice, elle est à la tête d’une entreprise de cosmétiques Secret De Beauté By Soreya Garden. Elle est ce qu’on peut qualifier aujourd’hui de femme moderne et accomplie !

Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs et nous dire quel est votre parcours académique et professionnel ?

Je m’appelle Adam Soreya Sylla, juriste, décoratrice et fondatrice de Secret de beauté By Soreya Garden.Concernant mon parcours scolaire, après mon baccalauréat, je rêvais d’être diplomate d’où une maitrise en droit public international.J’ai effectué plusieurs stages pratiques au ministère des Affaires étrangères pendant une année, et une année et demie au ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales.J’ai été assistante juridique pendant deux années dans un cabinet d'avocats O&B Consulting et directrice commerciale de l’agence de communication MSM à Dakar.Ce n’est qu’en 2014 que je suis retournée au Mali pour créer Aralia Consulting qui est une agence spécialisée dans l’événementiel et la décoration qui par la suite est devenue Soreya Garden en 2016.

D’où vous est venue l’idée de créer Soreya Garden et quelle est la particularité de cette entreprise ?

De retour au Mali, j’ai été confrontée à la dure réalité de l’emploi  et j’étais désorientée. J’ai décidé de me lancer dans l'entrepreneuriat tout en vivant mes passions qui sont la décoration et la fabrication des produits cosmétiques naturels et ainsi apporter ma pierre à l’édifice pour la reconstruction de mon pays par la création d’emplois.J’ai d’abord créé Aralia Consulting qui était une agence d’événementiel mais il me manquait quelque chose.Faisant moi-même depuis toute petite mes produits cosmétiques avec le beurre de karité,ma mère conseillère en plantes naturelles m’a beaucoup appris à ses côtés. J’ai commencé par faire des crèmes pour le corps, les cheveux que j’offrais aux gens et j’avais de bons retours. J'avais des problèmes de peau et parcouru tous les soins possibles sans succès. J’ai eu des résultats avec mes propres produits et c’est de là que le déclic est venu. Soreya Garden est née.Le cosmétique c’est ma passion ! Soreya Garden est spécialisée dans le conseil en beauté et la vente de produits cosmétiques naturels depuis sa création, elle propose des produits et services qui ont suscité un vif intérêt auprès de la clientèle. La particularité de Soreya Garden est d’offrir des produits d’hygiène corporelle de qualité, l’innovation est notre mot-clé, et nous développons à chaque fois une stratégie orientée vers la clientèle.


Quel a été votre budget pour démarrer ?

J’ai commencé Soreya Garden avec 15000 francs CFA, je n’ai pas attendu l’aide ni d’une banque ni d'un proche.J'ai acheté la matière première, j'ai fait la transformation qui m'a sorti 6 pots que j'ai vendus pour en tirer 30000 mille francs .C'est vrai que c'était très dur au début mais j'ai réinvesti ainsi de suite jusqu'à ce qu’aujourd’hui Soreya Garden demeure avec un beau chiffre d’affaires (Alhamdulillah).

Quelles ont été les principales difficultés auxquelles vous avez dû faire face ?

C’est notre amie (rires…) le manque de financement adéquat venant des banques et établissements de financement, la commercialisation et l’exportation constituent des défis majeurs. Toute jeune entreprise à ses débuts passe par cette étape ! Voici les quelques solutions sur lesquelles je suis en train de travailler pour y remédier :

  1. La formation continue pour rester dans les normes et maîtriser toujours son domaine 
  2. Les réseaux de distribution, d’exportation et de livraison des produits au niveau international ainsi que national etc.

Quels sont les avantages et les inconvénients d'être entrepreneur ?

Être une femme entrepreneure est tout simplement une femme ambitieuse dont les motivations sont multiples.On est libre d’exercer l’activité qu’on aime qui nous passionne, ça nous permet de défendre nos idées qui englobent la création de notre entreprise et mérite d’être communiquées au monde entier.Tu peux choisir ton entourage professionnel, tes partenaires et ton personnel ce qui est très important en tant qu’indépendant.Les inconvénients sont la recherche des clients, la fidélisation, la gestion de la pression financière et, bien sûr, en assumant une vie privée déjà bien chargée (car je m’occupe en plus de 3 enfants).S'ajoute la difficulté de s'intégrer à un groupe, le manque d'entourage professionnel peut être un frein à l'acquisition de clients ou d'autres contacts nécessaires au développement de son activité professionnelle.

Selon vous, quelle est la plus grande force d'un entrepreneur et sa plus grande faiblesse ?

La plus grande force d’une entrepreneure tout d’abord c’est la maîtrise de son domaine, sa ténacité, sa capacité à surmonter les difficultés,la qualité qu’elle propose et la relation client,une bonne stratégie marketing et méthodes pour défendre ses idées et assurer la pérennité de son entreprise.

Sa faiblesse c’est le manque de passion  et de ténacité, j’insiste dessus car c’est un milieu ou sans passion on est voué à l’échec.

Quel est le meilleur conseil que vous avez reçu avant de vous lancer dans l'aventure entrepreneuriale et comment l'avez-vous appliqué ?

Le meilleur conseil que j’ai reçu et que j’applique jusqu’à présent c’est de continuer à avancer, à tenir peu importe les embûches sur mon chemin et apprendre, me former.

Avez-vous des challenges auxquels vous devez faire face au quotidien ?

Mes challenges au quotidien sont les prises de décisions auxquelles je suis confrontée,la gérance du personnel, l’inquiétude quand il y a de nouveaux clients s'ils vont aimer ou pas ,affronter l’inconnu ainsi de suite …

Comment arrivez-vous à allier votre vie privée et professionnelle ?

Entreprendre est un projet de vie qui doit être accompagné d’un soutien familial.Je viens d’une famille d’entrepreneurs et l’on se soutient beaucoup.Afin de bien délimiter mon activité professionnelle de ma vie familiale, j’aménage des moments de repos pour me ressourcer.Je suis avec mes enfants, la famille et cela m’aide beaucoup à voir plus clair et ne pas culpabiliser. Mon premier garçon âgé de 13 ans s’est aussi lancé dans le bogolan pendant ses vacances et on le soutient aussi.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui voudraient se lancer dans un projet entrepreneurial ?

Je dirais le choix de la branche est très important d’où la fameuse passion, l’idée commerciale, la formation, les recherches et le financement.Il est ensuite important d’avoir une bonne stratégie marketing et de financement, particulièrement pour la décoration et le cosmétique. Il ne faut pas attendre un financement, il est plus judicieux d’économiser et avoir un plan comme je vous l’ai dit dès le début j’ai commencé avec 15000frs !N’hésitez pas, lancez-vous ! Surtout vivez votre passion, car la passion d’un métier nous aide à braver les difficultés et à tenir jusqu’au bout.Un slogan que j’aime bien est « Go Go Working Girls! »

Un mot pour ma féminité ?

Ce fut un plaisir de partager ces quelques mots avec Ma féminité et je suis touchée au-delà des mots et encore merci pour cette belle opportunité. En tant qu’entrepreneure, cela nous permet d’avoir une visibilité, de montrer ce que nous faisons et vous participez au développement de l’Afrique.Et n’oubliez pas « Soreya Garden » est là pour vous sublimer davantage avec sa gamme de produits naturels et diversifiés.


Fatoumata Hanne Dia